Les projecteurs Eiki

Eiki NT2

Eiki a commercialisé des projecteurs depuis les années 50, tel la série MS équipée de lampes P28S, cela fera l’objet d’un prochain article (j’ai un de ces modèles en attente). A partir des années 70, Eiki devient leader du marché des 16mm grâce à la modularité de ses projecteurs tout d’abord avec les modèles RT /NT puis suivront dans l’autre décennie les séries SL, SNT pour ne mentionner que les portables à lampe halogène.

Première génération de projecteur moderne (car chargement automatique équipement de cellule de lecture plus performantes équipement modulaire) le RT1 est de loin l’appareil le plus utilisés dans les conférences, les écoles, et autres organismes comme l’armée. Sa structure en fonte d’aluminium, en fait un appareil robuste. Pour ses particularités techniques, il est sonore optique seul, (opt/magnétique pour le RT2) avec une lampe basse tension à miroir froid de 24V 250W et des bras acceptant 700m de film, il possède un ampli transistorisé incorporé et un Haut Parleur dans le couvercle et non intégré au projecteur comme la série NT.

Des éléments modulaires

Il offre une particularité, tous ces éléments sont modulaires (Bloc de griffes et obturateur, bloc de lecture, bloc optique, bras, transformateur et amplificateur) tout est conçu pour faciliter la réparation et surtout baisser les coûts de fabrication. Le chargement est automatique mais on peut le charger manuellement. Malgré tous ces atouts, il est cependant important de mentionner un petit défaut majeur, son rattrapeur de boucle automatique, qui lorsqu’il se déclenche peut facilement endommager les perforations sur une copies ayant des colures.

Il reste un incontournable dans le milieu des cinéphiles. Fiable, peut être réparé facilement. On trouve encore de nos jours des courroies, bras et moteur etc, pour quasiment tous les modèles chez la plupart des revendeurs cinéma encore existants. La série RT se décline en 3 modèles, le RT1, (RT2 et RT3 à lecture optique et magnétique et enregistrement pour le 3em).

La lampe fournie est du type dichroïque à miroir froid de 24v 250w , existe aussi en 24v 200w(ST) et le transformateur a pour référence « RST200 ».

Je déconseille pourtant l’achat de ce modèle pour visionner des films fragiles car vu son âge et sachant le système de rattrapage de boucle capricieux, il est assez difficile pour le néophyte de faire une remise en état et un réglage parfait du système.

L’électronique:

En règle générale la partie électronique est assez difficile a maintenir car deux type d’amplificateurs sont apparus l’un avec des transistors ce qui dans l’absolue ne pose pas de soucis aux électroniciens confirmés, et un autre avec un module hybride qui rend l’exercice de la réparation très complexe, mais pas impossible.

On peut distinguer le transformateur (ici 24v 250w) avec ses deux connecteurs.

Modèle ST

Comme je le mentionnais, tous les éléments qui constituent l’appareil sont modulables, obturateur/griffes moteur/ventilateur, transformateur, porte objectif…

On peut voir sur l’image de dessus, les parties optique et magnétique. Le lecteur est doté d’un volant à l’arrière de l’appareil pour permettre un défilement linéaire. Il n’y a pas grand chose d’autre à dire sur cette partie du projecteur sinon qu’il fournit un son correcte.

Les modèles ont la particularité suivante:

EIKI RT2

Pour la partie amplificateur je vous renvoi vers une vidéo youtube de Pascal Chérrier qui apporte un plus au méthodes et astuces de réparation concernant les appareils EIKI.